Fédération Syndicale Unitaire
Publicité

Syndicat National de l’Administration Scolaire Universitaire et des Bibliothèques - Fédération Syndicale Unitaire


Accueil du site > Le SNASUB > Commissions paritaires et CT | Bibliothèques | 7 mai 2010

CAPN des Conservateurs du 6 mai 2010

3 motions ont été présentées

Motion « Horaires d’ouverture des BU »

Les représentants des personnels à la CAP des conservateurs, réunie le 6 mai 2010, ne sont pas opposés à l’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires.

Cependant nous estimons que les horaires d’ouverture ne doivent pas constituer le seul indicateur d’activité des bibliothèques et que l’offre documentaire et la qualité des services sont tout aussi importants pour la réussite des étudiants.

Nous regrettons la précipitation et le manque d’analyse qui ont présidé au lancement du plan ministériel en février 2010, sans prévoir les moyens matériels et humains suffisants.

Nous préconisons une mise en œuvre raisonnée et raisonnable avec une montée en charge progressive basée sur l’étude des possibilités locales (configuration des locaux, situation du campus, desserte par les transports en commun, gestion de la sécurité…). La concertation avec les personnels de bibliothèques titulaires qui assurent les permanences et l’encadrement des tuteurs et vacataires, est indispensable notamment pour tout ce qui concerne la rémunération, les heures supplémentaires et/ou les compensations,

Nous insistons sur la nécessité impérative d’évaluer le dispositif à l’aide d’indicateurs communs destinés à mesurer l’impact réel de l’extension des horaires sur la fréquentation des établissements mais également sur la totalité des coûts de fonctionnement induits, y compris en maintenance et fluides.


Motion Pour une revalorisation du régime indemnitaire des conservateurs de bibliothèques

Le régime indemnitaire des conservateurs de bibliothèques est aujourd’hui constitué d’une seule prime dont les montants moyen et maximum ont été fixés pour la dernière fois par arrêté du 6 juillet 2000. Depuis lors, à la différence des autres agents de la filière bibliothèque et de ceux des filières AENES et ITRF aucune revalorisation ou augmentation de ces taux de référence n’a eu lieu. Les agents se retrouvent donc pénalisés avec des taux de référence inchangés depuis 10 ans.

Les représentants du personnel à la CAP des conservateurs réunis le 6 mai 2010 demandent que les organisations syndicales soient consultés sur le nouveau dispositif indemnitaire qui devra accompagner sans délai la mise en œuvre du décret de fusion des deux premiers grades de conservateurs de bibliothèques. Ils persistent également à demander l’intégration des primes dans leur salaire afin que la part croissante de l’indemnitaire dans la rémunération des fonctionnaires ne soient pas exclue du calcul des pensions de retraite.


Motion Faire entendre des exigences citoyennes sur les retraites

Le bilan des réformes menées depuis 1993 est déjà catastrophique. L’allongement de la durée de cotisation sous peine de décote a déjà fait baisser le niveau des pensions et aggravé les inégalités déjà fortes entre les retraites des hommes et des femmes. Aujourd’hui, le gouvernement veut aller encore plus loin en supprimant l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans et en remettant en cause le calcul sur les six derniers mois d’activité des retraites du secteur public. Jumelées avec un nouvel allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein, ces mesures condamneraient à la pauvreté la plupart des futurs retraités, surtout les femmes et tous ceux et celles qui ont connu et connaîtront des périodes de chômage et de précarité importantes.

Les représentants des personnels à la CAP des conservateurs (FSU et CGT), réunie le 6 mai 2010, tiennent à réaffirmer leur opposition à ces projets et leur exigence du maintien de l’age légal de départ en retraite à 60 ans, sans augmentation du nombre d’annuités exigées. Ils refusent toute remise en cause du calcul du montant des pensions sur les 6 derniers mois qui aboutirait à une diminution inacceptable des revenus des retraités. D’ici 2050, la productivité du travail et du produit intérieur brut vont considérablement augmenter. Pour défendre les retraites, d’autres choix sont possibles.