Fédération Syndicale Unitaire
Publicité

Syndicat National de l’Administration Scolaire Universitaire et des Bibliothèques - Fédération Syndicale Unitaire


Accueil du site > Infos pratiques > Droits et obligations | 22 août 2011

Droits collectifs

Défendre et promouvoir les droits collectifs

Les droits collectifs des salariés et de leurs familles, ce sont ceux qui ont été conquis depuis plus d’un siècle par les luttes. En effet, aucun droit n’a été octroyé sans luttes.

Les droits syndicaux...

C’est vrai d’abord pour les droits les plus fondamentaux, dans le sens où ils conditionnent la possibilité de lutter pour tous les autres : le droit de grève et le droit syndical. Ils ont été conquis par les salariés du privé d’abord, par ceux de la Fonction publique plus tardivement. C’est ainsi que dans le privé, les représentants du personnel ont obtenu le droit de se faire entendre. Puis, par le paritarisme, les agents de l’Etat ont obtenu eux aussi ce droit.

... à la base de tous les autres

C’est vrai aussi pour les autres droits : ceux liés à l’emploi lui-même (CDI et conventions collectives dans le privé, statut dans la Fonction publique), durée et conditions de travail, protection sociale.

Pour nous, fonctionnaires mais aussi précaires demandant notre titularisation, le statut de la Fonction publique est un acquis considérable qui a apporté beaucoup d’avancées : droit de grève enfin reconnu aux fonctionnaires, droit à la carrière, développement du paritarisme. La citoyenneté du fonctionnaire a été enfin affirmée.

La durée du travail, les conditions dans lesquelles il s’exerce, demeurent un terrain où les droits ont non seulement du mal à progresser mais où ils sont menacés : les luttes à propos de l’ARTT en sont un exemple.

La protection sociale et tous les droits qui lui sont liés (maladie, maternité, accidents du travail, assurance chômage, retraite…) ont aussi été acquis dans et par les luttes : c’est ce que l’on appelle la Sécurité sociale parce que son apparition annonçait la fin de l’insécurité pour ceux qui n’avaient que leur travail, alors que jusque-là seule la propriété assurait une sécurité. Désormais, une certaine sécurité est assurée par un système de redistribution basé sur la solidarité.

Remises en cause

Aujourd’hui, ces droits sont remis en cause alors que l’on pouvait penser qu’ils étaient définitivement acquis. Le pouvoir d’achat recule et les carrières deviennent plus étriquées, le statut de la Fonction publique lui-même est attaqué, l’assurance-maladie affaiblie, les retraites compromises. L’avenir est fait de mobilisations, de luttes, grâce auxquelles, avec certes parfois des reculs, le progrès social avance inéluctablement.