Fédération Syndicale Unitaire
Publicité

Syndicat National de l’Administration Scolaire Universitaire et des Bibliothèques - Fédération Syndicale Unitaire


Accueil du site > Prises de positions > Communiqué de presse | Bibliothèques | 10 décembre 2009

Culture en grève


- Sauvons la BPI : signez la pétition en ligne

- Soutien de la CAN du SNASUB à la Bpi et au Centre Pompidou en grève contre la RGPP (1er décembre)

- Communiqué de l’intersyndicale, 10 décembre

- Motion adoptée à l’AG BNF, 10 décembre

- Communiqué de l’intersyndicale BNF, 10 décembre

Communiqué de l’intersyndicale

Frédéric Mitterrand doit céder ! Halte au mépris ! Halte à la répression !

PDF - 14.3 ko

La surdité doublée de répression dont fait preuve le ministre de la Culture (par exemple l’expulsion manu militari des secrétaires généraux des syndicats de la rue de Valois, vendredi soir... pour ne pas les recevoir !) n’a abouti qu’à élargir le mouvement de grève commencé le 23 novembre au Centre Pompidou.

Dès samedi, des agents précaires ont participé aux assemblées générales pour voter la grève.

Les AG se poursuivent quotidiennement et continuent à voter la grève tout en cherchant à s’organiser collectivement. Le mouvement ne désarme pas !

Mardi, pour les musées et monuments ouverts, ce sera l’occasion de nouvelles assemblées générales qui définiront les suites de leur action.

Notre mouvement vient d’enregistrer d’importants nouveaux soutiens : d’une part, en provenance de certains services publics en lutte et des fédérations de fonctionnaires, d’autre part, émanant de plusieurs partis politiques de gauche, présents notamment à l’AG du Centre Pompidou aujourd’hui 7 décembre.

Les organisations syndicales réunies ce jour ont décidé que, face à l’intransigeance du ministre, elles refusaient de siéger dans aucune des instances dites de « dialogue social ».

Elles appellent à la tenue d’assemblées générales partout pour décider, avec les agents, la poursuite du mouvement ; elles mettent en place une caisse de solidarité financière (vous pouvez déjà adresser vos contributions à l’organisation syndicale de votre choix).

Partout en AG, partout en grève ! C’est contre le dynamitage du service public culturel que nous luttons !

Notre combat est celui de tous : pour un véritable service culturel digne de ce nom ; et pour cela : > pas une seule suppression d’emploi > le maintien des subventions d’État aux établissements publics > le retrait de la RGPP > le retrait de l’article 52 de la loi de finances 2010 qui autorise le transfert sans aucun contrôle des monuments nationaux aux collectivités territoriales.

Paris, le 7 décembre 2009

Ministère de la Culture CFDT CFTC CGT FO FSU SUD UNSA


Motion adoptée par les personnels de la BnF réunis en Assemblée générale jeudi 10 décembre 2009 dans le hall ouest du site François Mitterrand

Adresse des agents de la BnF aux directions nationales des syndicats de la fonction publique :

Les personnels de la BnF réunis en AG le 10 décembre 2009 soutiennent l’initiative prise par les agents de la BPI de s’adresser aux directions des fédérations de la fonction publique. C’est effectivement au niveau de toute la fonction publique que doit être menée la lutte contre les suppressions de postes et pour le retrait de la RGPP.

Dans ce combat, la responsabilité des directions nationales des syndicats de la fonction publique est décisive. C’est pourquoi à leur tour les personnels de la BnF ont décidé de s’adresser à elles pour leur demander :

- de se prononcer clairement pour le retrait de la RGPP. Aucune suppression de postes !

- de refuser de participer à toute concertation dans le cadre de la mise en application de la RGPP. Il ne saurait y avoir de bonne application de la RGPP !

- et sur cette base d’organiser dans l’unité le combat de l’ensemble des travailleurs de la fonction publique contre le gouvernement et sa RGPP

100 présents au moment du vote : 80 pour, 10 contre, 10 abstentions


Intersyndicale de la Bibliothèque nationale de France

Ce jeudi 10 décembre l’intersyndicale de la BnF a été reçue par la direction à 11h00.

Concernant les suppressions de postes dans le cadre de la RGPP et la baisse de la subvention à l’établissement la direction a considéré que ces deux points sortaient de son domaine de compétence.

Elle a cependant accepté de discuter de l’externalisation envisagée du service de la reproduction et du catalogage des ouvrages en langues étrangères.

Concernant la résorption de la précarité au sein de l’établissement public, elle s’engage à demander à ses tutelles ministérielles des autorisations exceptionnelles pour les exercices budgétaires de 2010, 2011, 2012 afin de mettre en oeuvre un dispositif de résorption de l’emploi précaire. Si l’annonce de ce dispositif consécutive au rapport de force mis en oeuvre par les personnels grévistes le 8 décembre constitue pour nous une avancée significative, nous considérons que le champ de son application demeure très insuffisant puisqu’il ne s’appliquerait en l’état qu’à un nombre trop restreint de personnels (agents ayant au moins 9 ans d’ancienneté).

En conséquence les personnels réunis en assemblée générale à 13H00, considérant ces mesures comme insuffisantes et rappelant leur volonté de voir abrogé le décret d’application de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) ont décidé de se mettre à nouveau en grève le mardi 15 décembre en convergence avec les autres établissements du ministère de la Culture dont la BPI, l’INRAP et le Centre Pompidou.

(Communiqué de presse, 10 décembre)